C’est parti !

photo (5)Devinez où ?

Après des semaines d’incertitude, de démarches administratives, de tractations, de formulaires à remplir, me voilà de nouveau en route pour l’une de mes destinations préférées: le Nord du Canada. Je suis partie hier matin de Montréal sur les ailes de First Air, avec un avion dont la queue arborait ce magnifique chien de traîneau sur fond de toundra gelée. Trois semaines de découvertes, de rencontres, de paysages colorés en bleu et blanc m’attendent.

La pensée de la semaine

Un jour, j’irai vivre en théorie parce qu’en théorie, tout se passe bien.

La pensée du jour

Celui qui sait jouer surmonte l’adversité, celui qui sait rire et chanter ne ressasse pas ses ennuis.

Dicton inuit

Tremblant fête ses 75 ans

La station de ski alpin Tremblant a fêté ses 75 ans il y a quelques jours en invitant ses visiteurs et employés à former un grand 75 en bas des pistes, image qui a été immortalisée vue du ciel !

N’ayant jamais skié pour ma part à cette station pourtant réputée du Québec, j’ai passé récemment un bel après-midi sur les pistes à découvrir ses versants nord, sud et soleil. J’ai été épatée par la rapidité d’ascension aux sommets, les panoramas magnifiques sur les montagnes enneigées et le lac Tremblant, les belles pistes faciles, tout particulièrement la Nansen qui dévale gentiment le Versant nord sur six kilomètres.

Le lendemain, j’ai découvert la randonnée alpine, nouvelle activité de la station,  avec un guide extra. Départ avec un équipement un peu lourd du village piétonnier: skis paraboliques avec peaux synthétiques et bottes dotées d’un système mixte pour monter et redescendre comme en ski alpin. La progression vers le haut du télésiège Flying Mile fut plutôt lente, en forêt comme en bord de piste, mais quel délice ensuite de sortir les peaux, de retourner la fixation et de fixer les bottes avant de redescendre tambour battant sur la piste de ski alpin ! On apprécie d’autant plus la glisse…

En après-midi, changement de style pour monter à la force des piolets et des crampons aux pieds à même une paroi de glace. Un piolet dans chaque main, on casse la glace pour les planter bien solidement l’un après l’autre avant de se hisser de quelques centimètres tout en tapant du bout du pied dans la glace pour s’appuyer et progresser vers le haut. "Tape comme dans un ballon de foot", me dit Bjarne, Danois d’origine et instructeur en escalade de glace. Plus facile à dire qu’à faire, surtout quand la glace est bien dure. Une chance qu’il m’assure avec une belle corde car je dérape deux ou trois fois avant d’atteindre, 25 mètres plus haut, le sommet de la paroi… épuisée ! La descente en rappel est plutôt revigorante et gratifiante !

Je n’aime pas trop le village piétonnier de Tremblant, qui respire le factice, mais j’ai adoré dormir au Marriott Tremblant, au pied du village et à deux pas du départ du Cabriolet qui transporte gratuitement les skieurs de la Place des voyageurs à la base de la télécabine. Tellement facile pour le ski et l’après-ski.

Le bain tourbillon extérieur dans la cour de l'hôtel.

Le bain tourbillon extérieur dans la cour de l’hôtel.

Mention spéciale pour le bon expresso du Grain de café et pour la gentillesse de tous les employés de la station !

http://www.tremblant.ca; 1800 461-8711

L’érable dans tous ses états

Lors de la Fête de l’érable 2014 organisée début février par la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, l’optimisme était de mise quant à l’avenir du sirop made in Québec et aux produits qui lui sont associés. J’ai bien aimé goûter à l’eau d’érable de marque Napsi pendant tout un repas au Sofitel de Montréal. Pour sa deuxième année, cette eau d’érable a dépassé le million de litres vendus.

Le réseau des "créatifs de l’érable", chefs, boulangers, traiteurs, brasseurs, pâtissiers ou glaciers, sont maintenant plus de 100 au Québec. Au concours 2013 qu’il organise, Thomas Ginieis, du Valois, a remporté le 1er prix avec un homard ivre… Dave Carlos-Bélanger, de l’Auberge des Glacis, gagnait le second prix avec un esturgeon à l’eau d’érable et Olivier Perret, du Renoir, le troisième prix avec une pieuvre grillée et truffe d’été, eau d’érable et citron vert. Le concours 2014 a pour thème "les alcools d’érable du Québec".

La Fédération a fini l’année 2013 avec un record de récolte et des ventes dans plus de 50 pays, dont les États-Unis où les ventes ont dépassé celles de 2012. Avec 7300 entreprises, l’industrie a le vent en poupe et ne manque pas de projets, dont celui d’organiser des "ateliers pédagogiques de l’érable" pour les enfants du primaire. Elle cherche aussi à faire reconnaître l’érablière comme un site naturel du patrimoine mondial de l’Unesco ! La fédération met aussi de l’avant la contribution de ses membres acériculteurs au bilan carbone de la province, avançant que les forêts exploitées pour le sirop d’érable sont d’"importants réservoirs de carbone".

Selon une étude de l’Université Laval, le sirop d’érable aurait un effet positif sur l’indice glycémique et les hormones métaboliques du corps humain. Riche en glucose et en minéraux (manganèse, magnésium, zinc), il serait nettement meilleur que d’autres sucres naturels pour la santé et pour les sportifs.

Pour en savoir plus: http://www.jaimelerable.ca

Une fromagerie modèle

Hamel-2La Fromagerie Hamel est une vraie entreprise familiale ayant pignon sur rue au Marché Jean-Talon et à celui d’Atwater mais qui a quatre autres boutiques dans Montréal. Ian Picard, maître-fromager-affineur présentait la semaine dernière aux journalistes le nouvel agencement de la fromagerie du marché Jean-Talon, avec un espace plus convivial pour "magasiner" du fromage et d’autres produits fins.

En façade, une nouvelle cave à fromages vitrée de trois côtés laisse voir les fleurons de la maison !  "C’est vraiment un écrin pour les bijoux que sont les fromages", expliquait un Ian Picard enthousiaste. Au centre de la cave de garde trônait une demie-meule d’un fromage d’exception que nous avons eu la chance de goûter: le Pionnier. Le fromage de lait cru de vache et brebis, à pâte ferme pressée cuite et à croûte lavée, était vraiment délicieux ! Sauf que Le Pionnier est produit en quantité limitée, ce qui fait que même la fromagerie Hamel ne peut l’offrir que quelques fois par an. Il est le fruit du travail commun de la Fromagerie Nouvelle France, à Racine, et de la Fromagerie du Presbytère, à Sainte-Élizabeth-de-Warwick.photo

Dans la gamme Le Pic (surnom des Picard), d’excellents fromages ont été sélectionnés au Québec comme en Europe par Ian Picard qui assure ensuite leur vieillissement. J’ai bien aimé le Comté Le Pic, au lait cru de vache, et le Veinard, au chèvre, mais le Pic Amour Le Pic en mettait décidément trop en lait et crème de vache, avec croûte épaisse de bleuets et canneberges macérés dans le Sortilège au whisky et sirop d’érable. Par contre, le Saint-Félicien Le Pic moulé à la louche et le Maroilles affiné à la bière emportaient immédiatement mon adhésion.

Vive les fromages !

http://www.fromageriehamel.com

En Toscane chez une viticultrice québécoise – 4 – Tourisme oenologique

P1140726Du vignoble Le Miccine, situé à une vingtaine de kilomètres de Montevarchi et Sienne, en Toscane, on peut se balader sur les petites routes de campagne verdoyante. Les panneaux routiers affichent des flocons de neige, signe que les hivers ne sont pas toujours cléments dans la région… Du printemps à l’automne, elle a un charme aussi doux que fou. La route des châteaux du Chianti en fait visiter plusieurs dans un rayon de seulement dix kilomètres.

On en profite pour faire arrêt dans quelques beaux villages. Le plus proche, Gaiole, se visite à pied. A la Cantinetta del Chianti, sorte de dépanneur de luxe, les produits fins sont à l’honneur: vins évidemment mais aussi fromages, huiles d’olive, biscotti, charcuteries, sauces pour les pasta… A l’heure du lunch, un assortiment de charcuteries-fromages se partage facilement en petite terrasse sur la rue. Ricardo vous conseillera sur le meilleur vin accompagnateur de sa sélection de fromages au lait de brebis ou vache, certains en croûte de tomate ou à l’huile d’olive, plus ou moins vieillis. Le verre de Chianti est à moins de 5 euros et l’assiette de fromages à 11 euros. Pour 5 euros, je conseille fortement sa Panzanella, salade traditionnelle de la région aux tomates, oignons, olives et pain rassi baignant dans une bonne huile d’olive !

P1140723

Dans le temps des vendanges, il faut goûter au Schiacchiata All’uva, une drôle de pizza rectangulaire, sucrée et garnie de raisins avec pépins croquants, accompagnée de Vinsanto, un doux vin de dessert… On peut aussi y tremper quelques Cantucci ou Cantuccini, délicieux biscuits secs aux amandes ou noisettes, spécialité toscane !

Pour les cyclistes ou les amoureux d’antiquités, la surprenante course de vélos anciens Eroica est toujours programmée pour le début d’octobre dans la région de Gaiole ! Du village, un circuit de sentiers d’une douzaine de kilomètres permet aussi de rejoindre plusieurs châteaux de la région. On peut aussi y louer un scooter pour sortir des sentiers battus et aller faire un tour sur les collines du Chianti, par exemple du côté de Castelnuovo dei Sabbioni, un vieux village quasi-abandonné sur les hauteurs d’un autre: Cavriglia. Ou se rendre sur le site du château de Brolio, au sommet d’une autre colline près de Gaiole. Partie du réseau de défense florentin, on y voit Sienne par beau temps !

On file ensuite, via une route en lacets, à Radda in Chianti, une autre village à arpenter à pied. Perché sur les hauteurs, avec vignes et forêts à perte de vue, il dévoile ses vieilles pierres, ses rues étroites bordées de boutiques touristiques, son église et sa mairie avec expositions à la cave, dans l’ancienne prison… Sur la place de l’église, il fait bon prendre un café ou déguster un verre de chianti. Encore et toujours.

P1140762P1140765 P1140768

http://www.comune.gaiole.si.it; http://www.lacantinettadelchianti.it; http://www.lemiccine.com

En Toscane chez une viticultrice québécoise – 3 – Tourisme oenologique

Les vacanciers qui louent chambre ou appartement au Miccine aiment bien vivre au rythme du vignoble. Au temps des vendanges – généralement dans la première quinzaine d’octobre – Paula Cook leur fait toujours faire un tour guidé du domaine, en leur expliquant les ressorts de son travail en viticulture intégrée et bio. Ils peuvent mettre la main à la pâte en participant aux vendanges, voir les gens travailler au chais…

Le printemps est aussi une excellente saison pour visiter la Toscane. "En mai et juin, explique Paula, il faut faire le choix des bourgeons à conserver sur les ceps de vignes et c’est le temps de l’embouteillage du vin, de l’étiquetage, de la préparation des commandes. Les gens adorent participer !"

Évidemment, les dégustations sont aussi à l’honneur au Miccine. Pour cinq euros, on peut goûter à toute la gamme des cinq vins de la propriété… remboursable à l’achat d’une bouteille.

Le studio se loue 90 euros pour deux et les deux appartements pour quatre personnes entre 1500 et 1800 euros la semaine. On peut aussi louer les services d’un chef local pour un repas ou un cours de cuisine italienne !

http://www.lemiccine.com

Dany Laferrière, nouvel immortel

Dany LaferrièreLes Éditions Boréal sabraient le champagne le 29 janvier à Montréal en l’honneur d’un auteur-phare, Dany Laferrière, élu tout récemment à l’Académie française.

Plein d’humour, l’écrivain et président de Boréal Jacques Godbout a venté les mérites du nouvel immortel au "curriculum vitae exemplaire" qui se baladait déjà de Port-au-Prince à Montréal, Miami et Paris. "S’il a un passeport canadien, a-t-il ajouté, il est d’abord sujet littéraire, comme on disait autrefois sujet britannique".

Dany Laferrière, qui se présente volontiers comme étant "de nulle part", a lui aussi réjoui l’assistance par son langage coloré. Morceaux choisis:

"Ce qui fait peur quand on est immortel, c’est le nombre de discours qui nous attend".

"La devise qui me plaît est celle-ci: lent à se décider; prompt à agir".

"Port-au-Prince, c’est la ville du jeune homme, qui écrit déjà et a risqué sa vie; Montréal m’a appris la liberté, la vie quotidienne, le vin, les après-midis sans fin, la nuit"…

La photo de la semaine

P1150372Sur les hauteurs du grand lac Archambault, à Saint-Donat, un beau parcours de raquettes par temps bien froid et sec pour atteindre le Cap-de-la-Fée, petite partie de la Grand boucle des sommets de Saint-Donat !

http://www.clubpleinairsaint-donat.org

%d bloggers like this: