Ce qu’il ne faut pas dire

Marquise Lepage signe ce film à petit budget et qui a été boudé par les institutions prêteuses! Il sera deman vendred 29 mai sur les écrans du Beaubien à Montréal et du Clap à Québec. Cettte histoire de mémoire et de drame personnel m’a beaucoup touchée. C’est fin, bien joué et avec des touches d’humour bienvenues pour sécher les petites larmes…

On peut donner à Marquise Lepage et à Annick Fontaine, actrice principale et productrice associée la médaille de la persévérance pour avoir complété ce projet contre vents et marées.image

Bombardier ouvre le capital de sa branche ferroviaire

Article publié sur le monde.fr le 7 mai 2015

Alors que sa division d’équipements ferroviaires faisait l’objet de rumeurs de cession ces derniers jours, le groupe canadien Bombardier a annoncé, jeudi 7 mai, qu’il allait céder sur le marché boursier, avant la fin de l’année, une part minoritaire du capital de Bombardier Transport.

Bombardier a choisi l’option d’un « premier appel public à l’épargne visant une participation minoritaire » dans cette division matériels ferroviaires, qu’il continuera à contrôler et à consolider dans ses résultats.

L’objectif affiché est de renforcer la situation financière du groupe, qui a essuyé l’an dernier une perte de 1,2 milliard de dollars et est confronté à de sérieux déboires dans son autre activité, l’aéronautique.

En 2014, sa division Transport (véhicules de transport sur rail, signalisation ferroviaire) a généré des revenus de 7 milliards d’euros et un bénéfice de 315 millions d’euros, mais la branche Aéronautique (avions d’affaires, avions commerciaux) affichait une perte de 730 millions d’euros malgré des ventes de 7,7 millions d’euros.

Il y a un mois, l’agence Reuters avait indiqué que la division ferroviaire de Bombardier intéressait deux fabricants de trains chinois. L’agence notait que Bombardier envisageait aussi l’option de fusionner cette division avec un autre leader du secteur, Alstom ou Siemens.

La direction avait alors indiqué que différentes options étaient sur la table mais que, si elle voulait bien « participer à une consolidation » de l’industrie, il n’y avait pas d’urgence.

Mercredi 6 mai, Bombardier avait reçu confirmation de la part de la SNCF d’une commande de 19 trains de banlieue de type Francilien au groupe canadien. Le contrat de 127 millions d’euros (partie d’une entente de 2006 pour l’achat de 172 trains) prévoit la livraison à partir de fin 2016 d’automotrices électriques pour la ligne Versailles-gare Saint-Lazare.

 

La pensée du jour

« Tous les hommes rêvent, mais inégalement. Ceux qui rêvent la nuit dans les recoins poussiéreux de leur esprit s’éveillent au jour pour découvrir que ce n’était que vanité ; mais les rêveurs diurnes sont des hommes dangereux, car ils peuvent jouer leur rêve les yeux ouverts, pour le rendre possible. C’est ce que j’ai fait ».

T.E. Lawrence: Les Sept piliers de la sagesse

Du kayak et des glaces sur le Saint-Laurent

Le printemps s’est pointé le 21 mars et tranquillement les adeptes de kayak sortent leurs embarcations pour profiter des eaux québécoises. Je vous propose une sortie sur le fleuve avec Katabatik dans un texte sur le site de canoë.ca.

Fini le ski, bonjour le kayak!

De la descente sur les pistes de ski à la glisse au fil de l’eau, il n’y a souvent qu’un pas à franchir. Les fanatiques du kayak de mer trépignent à l’idée de sortir leur embarcation dès la moindre brèche dans la glace d’un lac près de chez eux ou du grand fleuve Saint-Laurent.

Dans Charlevoix, à hauteur de l’estuaire, les glaces sont en mouvement dès la mi-février, ouvrant des veines d’eau libre qui font le bonheur des kayakistes. Jusqu’à fin avril au moins, de petits «icebergs» se baladent à la surface, au gré des marées, offrant un spectacle très spécial à ceux qui s’en approchent. Cap à l’Aigle, à l’est de La Malbaie, est le seul endroit au Québec où l’on peut participer à une sortie guidée sur le Saint-Laurent en kayak de mer, version hivernale-printanière. Et il reste encore quelques belles semaines pour cela.

Depuis 10 ans, l’entreprise éco-touristique Katabatik propose de telles escapades d’une demi-journée avec tout l’équipement requis: le kayak avec sa jupette quasi-hermétique, une combinaison isothermique, bas, bottillons et gants en néoprène pour avoir bien chaud aux extrémités.

«Pagayer est en soi le premier plaisir, surtout avec le sentiment d’être les premiers à se retrouver ainsi sur le fleuve quand l’hiver cède la place au printemps», note son directeur, Sébastien Savard.

[Lire la suite]

Les sentiers secrets des orphelins dans les Laurentides

C’est le printemps, le beau temps s’en vient. Vous avez envie de nouveaux sentiers. Je vous invite à découvrir le réseau des Sentiers des Orphelins sur lequel j’ai écrit un article, publié sous l’onglet Voyages du site canoë.ca. 

Que ce soit à pied ou à vélo, on pourra dans les semaines à venir enfin profiter de la nature printanière. Voici un beau circuit des Laurentides – et un secret encore bien gardé – à découvrir gratuitement, celui des sentiers des Orphelins.

Pour s’y rendre, il faut filer plein ouest depuis l’autoroute 15 à la hauteur de Saint-Sauveur pour rejoindre Morin-Heights. Ceux qui connaissent le parc Corridor aérobique, ancienne voie de chemin de fer reliant Morin-Heights à Amherst, n’auront pas à chercher longtemps. Le Réseau de sentiers des Orphelins, récemment aménagé par la municipalité de Wentworth-Nord, est en quelque sorte une excroissance de cette piste, transformée en piste de ski de fond l’hiver et de vélo le reste de l’année. On en part et on y revient pour compléter une belle boucle de 11 km, à faire à pied, en vélo de montagne ou vélo hybride. Au programme: des arbres, des tapis de mousse, de l’eau et un exercice sportif relativement modéré.

HOMMAGE ET PAYSAGES

Le nom du réseau rend hommage à des milliers de jeunes Montréalais qui ont résidé à l’Orphelinat agricole Notre-Dame-de-Montfort en apprenant un métier au tournant du 19e siècle. Et comme il est aménagé sur des «terrains orphelins», finalement acquis par la municipalité locale en 2009, il porte doublement bien son nom.

[Lire la suite et voir des images]

Mon incursion dans le monde du curling

À l’occasion du championnat du monde de curling qui s’est tenu à Halifax début avril, j’ai publié un reportage sur cette discipline dans le cahier Sport & Forme du quotidien français. Je vous invite à découvrir cette incursion dans l’univers d’un sport qui est toujours très populaire au Canada.

Pierre qui glisse amasse les Canadiens

Pour une fois, les héros du moment ne sont pas des hockeyeurs professionnels cette semaine au Canada, mais bien des curleurs amateurs. Le quatuor vedette de Team Canada, qui défend les couleurs du pays aux championnats du monde de curling jusqu’au dimanche 5 avril, à Halifax, dans l’est du pays, peut en effet se targuer d’avoir une armée de supporteurs derrière lui. A commencer par le premier ministre canadien, Stephen Harper, grand amateur de hockey, bien évidemment, mais qui ne manque jamais une occasion, dit-on, d’aller encourager ses équipes favorites, Team Canada en tête. Objectif : reprendre le titre de champion du monde chipé en 2014 par les Norvégiens à Pékin. Et jusqu’à maintenant tout s’est bien passé puisque les joueurs locaux caracolent en tête du classement général.

Le curling, drôle de discipline qui consiste à propulser un gros galet vers une cible en frottant frénétiquement la glace avec un balai, ne détrône certes pas le hockey dans le cœur des Canadiens mais il y tient fièrement la seconde place. A la télévision, les matchs nationaux et internationaux, comme les championnats du monde, sont retransmis en direct aux heures de grande écoute. La chaîne sportive nationale TSN-RDS diffuse à elle seule chaque année au moins trois cents heures de curling et fait appel à des vedettes de la discipline, comme les médaillés d’or olympiques Russ Howard et Linda Moore, pour commenter les matchs. Quelque 613 000 personnes ont ainsi regardé il y a deux ans la finale des championnats du monde sur TSN, dont le Canada était déjà le pays hôte. On est loin toutefois de l’engouement pour la retransmission des matchs de hockey durant la saison des éliminatoires de la célèbre NHL, la Ligue nord américaine. Pour 2 millions de téléspectateurs en moyenne par match, il n’en reste plus qu’un quart intéressés par une finale du Brier, le championnat national de curling.

En 88 ans d’existence, ce Brier maintient néanmoins son rang au chapitre de la popularité. A Calgary, en Alberta, où il se tenait début mars, quatorze équipes de haut niveau se sont affrontées. Au grand bonheur des fans, attirés par la présence sur la patinoire de neuf des douze médaillés d’or canadiens de la discipline lors des trois dernières éditions des Jeux d’hiver, dont Brad Jacobs, à Sotchi en 2014. Son équipe, Northern Ontario, a toutefois dû s’incliner devant Team Canada, un nouveau quatuor albertain dont le coup d’essai à Calgary fut un coup de maître : pas étonnant avec trois anciens champions du monde dans ses rangs, Carter Rycroft, Nolan Thiessen et John Morris, ce dernier ayant même été dans l’équipe auréolée d’or aux Jeux de Vancouver en 2010.

En savoir plus sur Les inuits, résistants

Mon livre Les inuits, résistants est sorti en France le 12 mars 2015 chez HD, soit les Ateliers Henry Dougier.

Quelques liens à consulter en ligne

J’ai répondu aux questions des gens du Consulat général de France à Montréal. Mes réponses sont disponibles sur leur site web.  Aussi, vous pouvez consulter quelques pages du livre sur différents sites de libraires, notamment en allant sur le site des libraires.fr. Vous pourrez en savoir plus sur le livre, son contenu et ses informations, en cliquant sur l’image du document de présentation ci-dessous.

Les Inuits résistants - livre écrit par Anne Pélouas

Un petit tour au parc du mont-Tremblant

Par une magnifique journée hivernale, bien froide, je suis allée re-découvrir la piste de ski de fond Le Malard dont une portion a été réouverte cette année, à la demande générale…
Ce n’est pas le genre de piste qui me fait frémir de plaisir: un peu trop large, un peu trop prévisible, pas assez… hors-piste à mon goût.

Mais, la longueur de la balade en a fait un très bon exercice et la longue descente finale de La Malard en fin de parcours m’a tout de même bien plu.

On débute du beau Centre de découverte au lac Monroe par une portion plutôt plate en bordure du petit lac Monroe, puis jusqu’au refuge Le Ravage. Ensuite commence une longue montée sur La Ouache en forêt et qui n’offre guère d’intérêt jusqu’à atteindre u peu de hauteur. Là, quand les arbres sont chargés de neige, surtout aux alentours du refuge La Ouache, la forêt est bien jolie et les montagnes bien visibles autour. Passé le refuge, la grimpette est presque finie et on se laisse aller dans la pente sans trop d’inquiétude vu la largeur de la piste damée. On avale alors les kilomètres pour rejoindre l’intersection avec une piste verte qui ramène vers le lac Monroe, avec 19 kilomètres au compteur.

Les plus : le refuge La Ouache pour le lunch; la descente qui suit; le coup d’oeil sur les chalets EXP si l’on n’y dort pas; le superbe centre de découverte.
Les moins : le manque de variation dans la piste; le manque de points-de-vue.

Nouveauté du côté de l’imagerie médicale

Article publié dans la section Sciences du Monde.fr le 2 mars 2015.

Des chercheurs canadiens ont démontré, mi-février, par une première étude clinique auprès de patients atteints de troubles de la glande thyroïde, qu’un marqueur radioactif produit par des accélérateurs de particules avait le même effet que celui fabriqué par un réacteur nucléaire.

Ce produit, le technétium 99m (Tc99m), est fréquemment utilisé dans l’imagerie médicale, notamment pour les diagnostics de maladies cardiaques, inflammatoires du squelette, ou de cancers. Après injection de Tc99m lors d’examens diagnostiques, « les images obtenues et leur qualité ne présentaient aucune différence avec celles réalisées à l’aide de produits provenant d’un réacteur », constate Eric Turcotte, clinicien et chercheur au centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, au Québec. Ces images, ajoute-il, « ont permis d’effectuer des diagnostics précis d’hyperthyroïdies, de cancers ou d’inflammations, et aucun des onze patients suivis n’a eu d’effet secondaire ».

[Lire la suite]

%d blogueurs aiment cette page :